Florence

Ma vie pourrait être décrite comme étant un parcours vertigineux entre créativité débridée et ordre. Par contre, j’ai une aversion pour l’impérieux. Je suis encline à faire partie de ce qui est collectif et solidaire. Ça me semble plus beau, plus naturel. J’observe et analyse l’état du monde, les courants politiques. Les sujets et débats qui touchent notamment la psychologie, la sociologie, la politique et la spiritualité, m’attirent vers un destin plus exigeant. J’ai publié mon premier recueil Poésie péripatéticienne, un ensemble d’œuvres qui se veut à la fois critique, méfiant et salutaire. J’aime philosopher à mes heures, ça nourrit l’essentiel. J’aspire vers une vie pleinement retentie où chaque tendre possible me fera accueillir les gens avec empathie et plus, si affinités.