Impasse

« Changer la vie », disaient-ils . . .
mais il n’y en a pas d’autre.

L’impasse comme univers !
Même les rêves s’emmurent.
J’y déchiffre ma signature.

La cour n’a pas agréé mon instance en autodivorce.
Mes excursions nocturnes frappent un mur au réveil.

Sur les parois, les graffitis me rappellent une craie égarée.
Des papiers chiffonnés émergent des poubelles,
Variations sur le thème « j’aurais voulu » ;
Ils y côtoient des cartes routières périmées.

En sortir . . . mais pour aller où ?
Savais-je même où j’entrais ?

Le charme étrange d’une muraille familière
Détend mes chevilles paresseuses
Et l’envie de partir s’étiole sans douleur.

Un consentir fébrifuge
Anesthésie ma bougeotte sans itinéraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − dix-sept =