Avant le peuple, l’individu comme grande idée ou : la façon perso

Fred Lemire — Dessin
Fred Lemire — Dessin

On parle un peu partout d’indépendance des peuples, souvent même de façon très stratégique, et je suis le premier à être d’accord pour dire que plus petit, c’est mieux. Et en réseau. Mais combien plus petit ?

Alors je me dis : pourquoi ne pas tabler sur … les individus ? Regardez le succès des réseaux sociaux : les gens misent les uns sur les autres pour se faire une image plus complète de la vie. Et les réseaux sociaux sont, bien sûr, des réseaux d’individus et de groupes d’individus.

Mais la gauche mainstream, cette gauche qui se dit pourtant « progressiste » (terme mieux choisi, selon moi que celui de « gauche », qui sonne plutôt oppositionnel), jusqu’à maintenant, a surtout maintenu l’attention sur le fait que la solution passait par le groupe, par le regroupement, et ne s‘est attardée que très discrètement, que très abstraitement, voire négativement ou de façon réductionniste, à l’individu, c’est-à-dire en tant que masse ou catégorie : « les pauvres », « les travailleurs et travailleuses », etc. (Ici, j’ai presque envie d’écrire, dans une espèce d’illumination, qu’il n’y a pas de catégories mais seulement des cas particuliers. ^^ …)

J’ai peur que l’on passe ainsi — et un peu trop vite — à côté de quelque chose d’essentiel et de primordial, philosophiquement parlant !

Dans la grande société où je m’imagine vivre heureux un jour, j’aurais un juste pouvoir sur ma vie, je pourrais, mieux qu’actuellement, y planifier mes expériences, mon parcours, bref, ma destinée.

Mais… parlons plutôt à l’indicatif : Oui je peux !

C’est une société de proximité où mon entourage est le fruit de choix identiques ou réciproques. Ma vie, pour ainsi dire, y est enchâssée dans une continuité constamment communiquée et optimisée (agencée et réagencée localement), constituée de modes de vie divers, respectueux les uns des autres et, avant tout, … des personnes.

Les peuples véritables sont, il me semble, subordonnés à l’individu, aux individus, et non l’inverse. Un véritable peuple émergera, non ?, de la libre association d’individus qui se seront mis ou trouvés d’accord dès le début, avant même la formation de chacune de leurs associations, et qui peuvent changer ou se réagencer à tout moment — ?

Cette vision — qu’on pourrait appeler la façon perso — a l’avantage de pouvoir séduire la pensée que j’entends à gauche selon laquelle on ne doit laisser personne derrière et aussi celle que j’entends à droite qui encourage la réussite individuelle.

Pourquoi d’ailleurs la réussite individuelle devrait-elle se faire au détriment d’autrui ? Il y a bien sûr d’autres façons de faire, plein de façons de faire, et du gagnant-gagnant, à part ça !

D’aucuns trouveront cela radical ; je ne les contredirai pas.

*

Soit dit en passant… On dit la droite individualiste, mais je la vois plutôt … collectiviste ! Une grosse compagnie dont tous les profits vont au sommet de la pyramide hiérarchique, cela ne vous rappelle-t-il pas, étrangement, les sociétés d’insectes ?

Et une fourmi, … c’est pas ce qu’il y a de plus individualiste, quoiqu’en dise la fable !

*

Mais … revenons à nos moutons. Les trop vastes « peuples » qui acquièrent leur indépendance, délimités par des frontières plus ou moins arbitraires et des constituants plus ou moins passifs, accoucheront de peuples sans doute plus significatifs que la masse dont ils s’extraient, mais ils resteront compromis à proportion de leur immensité même. Autrement dit, leur unité sera d’autant plus factice qu’ils seront populeux.

Les étages décisionnels, la représentation des masses, les cloisons, les comités, les sous-comités, la mauvaise communication, les tentations et les menaces d’« élites » occultes, la corruption, la dictature de la majorité pour commencer (fusse-t-elle une majorité très forte) : autant de bris dans le tricot social qui finira à la longue par tout se détricoter.

Qu’il soit impératif de former une unité à aussi grande échelle est une vision qui date, telle est mon impression du moins, du temps des royaumes, lesquels avaient besoin d’armées, de champs de ci, de ça, d’industries, de main d’œuvre en masse…

On n’a pas besoin de tout ça pour vivre. Ça peut être beaucoup plus simple. Les fruits poussent, on les cueille, on se fabrique des maisons, on va au magasin acheter de l’encre et du papier, on échange avec ses voisins, on s’apprend des trucs, on s’amuse et on rigole comme on peut — parfois même plus —, on prend soin les uns des autres et de nos forêts, nos lacs, nos jardins, nos ateliers…

Des armées ? Des polices ? Des « gouvernements » dont l’hégémonie s’étend sur d’énormes territoires ? Qui jouent gros et dur, à leur titanesque niveau, sur la scène internationale ? (Jeu, fort malheureusement, que presque tout le monde joue, à différents degrés, en ce début de troisième millénaire qui à la fois s’éveille, prétendument, et, fort assurément, court à la catastrophe. Que va-t-il se passer ? Restons sur cette planète et nous l’apprendrons !)

Il me semble bien que si on partait plutôt de l’individu, on aurait une base beaucoup plus solide, moins abstraite, et, on l’imagine, plus compatissante, plus ouverte et aussi plus… multicolore.

*

Je pense que si chaque environnement, aussi local et aussi unique puissions-nous l’imaginer, était littéralement choisi par ses constituants, chacune et chacun d’entre eux, et ne causait pas de dommage aux autres environnements — la règle d’or (voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Éthique_de_réciprocité) appliquée aussi aux associations et aux communautés —, on se sentirait bien mieux sur cette planète.

*

En Islande, en Écosse, au Québec (voir : https://www.facebook.com/ConstituanteQuebec), un peu partout de par le cosmos, on trippe sur l’idée d’écrire des constitutions.

Je me demande si on a déjà — certainement que oui, à travers tout le cosmos ! — songé à établir dans une constitution la nécessité d’un solide système de communication qui permettrait de soutenir chaque individu dans la construction et les métamorphoses de sa vie ; un système où les choix viendraient avec leurs conséquences explicitées ; un système où régnerait l’unique principe instinctif qui nous relie : et ce n’est pas LE mal et LE bien (ce n’est rien qui se réduise à des idées) : mais bien DU mal et DU bien ; quelque chose de tout divers et subjectif, sujet aux multiples fluctuations et variations de nos réalités respectives* — un système, donc, où régnerait ce principe de viser au bien-être de chaque individu sans bien sûr nuire aux autres ou à l’environnement.

* Pour ma proposition de redéfinition de la morale, voir : http://fredofromstart.wordpress.com/2014/09/28/du-bien-et-du-mal/

Nous sommes ingénieux. Ce n’est pas un défi au-dessus de nos forces d’établir un tel système ; ce pourrait même être généralement fort agréable !

*

Bien sûr, les habitants d’un même territoire — d’une même planète, mettons — devront se mettre d’accord entre eux quant à l’utilisation des ressources et au maintien de la santé de l’environnement à tous niveaux.

En fait, si nous ne nous entre-détruisons pas complètement avant de pouvoir le faire, nous disposons sur cette planète particulière du cosmos de beaucoup, beaucoup de temps pour perfectionner et diversifier une sorte de permaculture multidimensionnelle, émergente, viable, globale, sans oublier bariolée.

*

Les véritables peuples sont unis. Les véritables peuples foisonnent et sont divers. Ils ne sont pas nécessairement grands et se trouvent d’ailleurs mieux de rester petits. Ils s’associent et se réassocient constamment ; ils évoluent, librement, diversement. Solidement ET fluidement. En toute intégrité, en toute conséquente fluidité éclairée. Bien sûr, ils doivent communiquer, disposer d’outils communs, ou du moins d’un « protocole d’arrimage communicationnel »… c’est-à-dire, à la base, se parler et s’écouter, tout simplement.

Il m’apparaît comme une évidence qu’il serait en fait très intéressant de veiller au bien-être et au développement de chaque individu, de lui tendre la main, de l’aider et … de lui donner de bons outils !

*

L’arrivée de l’internet a ouvert une fenêtre sur une ère de nouvelles possibilités sur le plan des communications. Il faudrait peut-être s’empresser de saisir cette occasion pour retisser la société par la base à l’aide de ce puissant outil — avant que la fenêtre se referme !

Ça se trame en ce moment même, je dirais.

Cela peut se faire sans l’internet, bien sûr, sans doute même en moins rasoir, mais le feu est pris dans la baraque et une solution rapide doit être prise.

En passant, rapide doit-il être synonyme de médiocre ?

*

J’ai cogité un brin sur ces questions et même bidouillé un petit prototype de machine à souhaits qui fonctionne, un outil pour mettre en contact les gens dont les souhaits se répondent.

Je me rappelle quand l’idée nous est venue, à mon ami Peter Sangura Sitati et à moi. Nous nous étions introduits dans une classe désertée de l’UQÀM (Université du Québec à Montréal) pour avoir accès à un tableau noir et à de la craie. Nous avions l’intuition qu’une machine à souhaits était possible, mais nous n’avions pas encore vu le traitement informatique nécessaire. C’est quand nous avons imaginé ces ensembles de souhaits tout simplement formulés de différentes manières que le déclic s’est produit. Un tout petit bout de serviette de table aurait suffi, mais c’était bien plus génial de voir cette idée toute simple sur un beau grand tableau noir.

Mes élucubrations et mon protozygote de système de communication sont en circulation libre depuis mars 2013* et tout le monde est bienvenu de s’en inspirer, de commenter, de poursuivre ou de critiquer.

* Voir : https://github.com/fredofromstart/The_Mots_Sapiens_Project

Je suis bien ouvert au dialogue et aux commentaires, mais ce n’est pas moi tout seul qui vais tenir le cahier des charges d’une telle entreprise. Je connais mieux mes limites, maintenant que j’ai essayé et m’y suis cassé le nez.

Mais qu’une équipe se forme et je mettrai l’épaule à la roue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 3 =