The Fabric of Wishes

Last updated: December 26, 2023

Subject  : Would you like to participate in a completely decentralized mutual aid movement?

The Fabric of Wishes

and its

Recognition Booklets

 

Hi !

If I send you this, it is in the wish to optimize collective intelligence and goodwill in my network and, by natural propagation of good ideas, in the networks of other people of good will, starry networks where we can weave, through connexions and exploring – a world that resembles us.

In particular, the present approach aims at complementing already existing community practices with individual (and co-individual, like with the wish circles *) practices, which, added and multiplied together, can surpass any pre-established model, in a growing movement of emerging autonomy .

This is a practice that has the potential to create nothing more and nothing less than a simple economic system resting entirely in our hands. It consists in sending a letter similar to this one in your significant network, accompanying it, too, with your volios, that is to say : your wish lists (a personal list, and one for each of your projects).

(Note: It is better, for these volios, to use a universal format, such as .txt or .rtf to ensure readability on all text editors.)

Please keep my volios (attached) with those of the other participants in a dedicated folder. (Remember that we can wish to give as well as share or receive !)

Alternatively, you can do like me and put your wishes on a web page. Several platforms allow you to do this free of charge. Social media can also serve as a platform. Suggestions: use the hashtags #latrameetoilee or #thefabricofwishes.

Matching wishes in order to put people in contact, we all already do it more or less « Ah !, I know someone you would be interested in meeting ! » — but how many opportunities for mutual assistance and exchange are lost, neglected, due to a simple lack of communication ? — So what would happen if we started taking communication, networking, and our dreams themselves somewhat seriously ?

Ideas for Kinds of Wishes

Needs (of any nature: social, psychological, physical…), desires (deep or superficial, emotional or material), offers (of goods, services, talents, expertise, materials, time, aid, space, transport…), exchanges (in money, HOPs **, barter…), donations , sharing (of experiences, interests, knowledge…), loans and borrowing (tools, books, etc.), projects (descriptions, personal, collective, finding partners, etc.), activities (sporting, literary, fun, dance, etc.), circuits , trips (recommendations, itinerary, regularity, capacity to transport, search for means of transport), location (coordinates, radius of action), schedule, availability (for which specific activities or what types of activity: physical, intellectual, etc.), languages ​​(spoken, written, ability to translate).

If the practice spreads, our friends’ wish lists — and those of our friends’ friends — will flood into our email inboxes and we will be better than ever able to help each other and network effectively without depending on another platform. than basic internet. Obviously, you have to put a little attention and memory effort into it. First, organize simple circles of wishes * where everyone has time to speak to others about their needs and their offers, their interests and their projects (which also have their needs and their offers) — that can make a big difference !  We are also free to create or use local databases and research tools. The essential purpose of this letter is above all that information circulates and that we take note of it.

And why not print these wish lists to keep them in volios binders, “  wish directories  ” (offers, requests and interests) – which can be very practical to have on hand, among other places in social occasions?

**. I am also sharing with you a tool that helps streamline exchanges and facilitate business start-ups: the Recognition Booklets . You can download the pages here ( https://latramice.net/2020/08/les-carnets-de-reconnaissance ; these notebooks are designed to keep decentralized accounts allowing you to find out about your “giving-receiving” balance » within the community, and thus advantageously replace currency), then cut them out, print them, fold them and bind them — or even buy them ready-made here, on LaTramice.net ¹. 

  1. Online journal founded by the initiator of this letter and dedicated to the advent of a communication era worthy of the name!

The fact that this means of exchange is associated with The Fabric of Wishes, a network of networks of significant people, the fact that it is transparent and therefore counter-verifiable by peers, the fact that it is an individual and objective tool which does not depend on a central organization or exchange rate, this contributes to its reliability and therefore to the confidence that we will have in it; two essential ingredients when it comes to transactions. The value of a currency essentially depends on whether it is recognized .

Money should be a simple measuring instrument
but its scarcity makes it an artificially created nonsense.
It would indeed be absurd to lack centimeters
to be able to take all the measurements we want to make
throughout the day — wouldn’t it?

You can keep a notebook for yourself and for each of your projects. All the details on the notebooks page, mentioned above.

The idea is to complement the somewhat centralized systems (such as the JEU / GAME – https://jardindechangeuniversel.wordpress.com ; find out if there is a JEU group in your locality; in principle, the network functioning also with time as a unit of exchange, there will be compatibility with the recognition notebooks) by inviting individuals to also be , each one, on a small scale, such a center for the people in their networks.

A collectivism that is too exclusive will erode individuality or come into opposition with it – likewise, conversely, an individualism completely disconnected from the society in which it lives will erode the latter. 

But a fair balance between these essential aspects of human life is perhaps achievable through a sort of judo of universal empowerment imbued with organic specialization which would locally assume different functions within the starry web of our desires (schoolbag outfit, database, bulletin board, local, wish circle*, wish box; kind extirpation of wishes from friends, distribution of this letter in the form of a leaflet; circuit, storage, transport, talents, tools, etc.) which, organically, will create a large body of mutual aid between beings, a dance more than a body, a jam more than an orchestra, an openness and sharing more than a collective.

What does it cost us to try?

✦ ✦ ✦

In addition to telecommunications costs, printing and perhaps the purchase of recognition books or a binder for our wish directories, the ink for our pens. . . (!) — this solution is completely free  !

But think of the richness
that it can reveal and put into action
in our multiple interactions,
on small and larger scales!

Today, more than ever, we need to organize ourselves effectively to build and weave together this friendly, multi-colored world that we desire. It’s not that complicated, after all.

You just have to communicate intelligently to us what matters.

What if we got started?

Fredo ***

ref.: https://latramice.net/2021/09/la-trame-etoilee

***. Your name here.

*. ✦

Every Saturday at 2 p.m.

In every park in every city ;
in all the villages, all the towns

(as soon as time permits)

of the

~Wishing Circles~

(we will recognize them by the white flag)

. . . where we listen , in turn, to each person explaining their:

needs • talents • offers • interests
and those of its projects

(and nothing else)

At the end of the tour, we will talk to people with whom
we have something to communicate.

These circles are intended to be a practical starting point
and, to this end, free from debate ; they can, however, be
an opportunity to launch other circles dedicated
to debating specific questions.

Pass it around!

 

(Note that this practice can prove useful in the event of telecommunications failures; it could even be a wonderful substitute for all our dear Internet and all its artificial intelligences where we often cackle without doing anything to make life live. A kind of  » Human Reset ” capable of refounding everything on a human basis.)




~ My volios ~

 


VOLIO – Fred Lemire // Fred Mir // Frédo.rtf

INFO:

name: Fred Mir // Frédéric Lemire // Fred Lemire // Frédo

email: fredofromstart@gmail.com

languages: French, English

diet: vegan

postal code: H2W 2M4

radius of action // range: 3 km

 

OFFERS:

drawing // illustration (https://www.facebook.com/media/set/?set=a.4793975637&type=3)

illustrate a serious text with humorous illustrations // funny illustrations

to teach French

to invent wordplays, acronyms

 

REQUESTS:

people to brainstorm with about my novel

have my book translated

have my book distributed

knitted slippers

to receive massages

to participate in energetic experimentation workshops

a device that records everything and stores sound bites in files on demand

would like to know some bucolic itineraries in Quebec

 

INTERESTS:

Rainbow Family Gatherings

philosophical debates

programming

Obsidian  – I would like to exchange with other software enthusiasts

to find people with whom to play go

find partner(s) in the design and production of comics, cartoon strips, memes // to find partner(s) for thinking up and realizing comic books, cartoon strips, memes

 


VOLIO – La Tramice, newspaper of the communication era.rtf


Offers:

La Tramice , a journal for the sdvent of a communicational age, aims to be a friendly platform for holding a constructive conversation on the roles that communication can and must play in our world.

Requests:

Articles !   Obviously, communication must be in the spotlight in each article or other content, which must be signed (pseudonyms accepted) and have a title. — All the details here .

The journal is also looking to expand its team.

 


VOLIO – Les éditions de la Tramice (and  Club).rtf

Les éditions de la Tramice is a small publishing house dedicated to the advent of a communicational age, that is to say an era where individuals responsibly, freely and cooperatively weave the world in which they live through use intelligent communication. Because every society, every system is woven through communication.

 

We offer :

text revision in French

translation from English to French

translation from French to English

small quantity edition — contact: Editions@LaTramice.net

drawing

video montage

The Club des éditions de la Tramice — Come and chat with us!

We are looking for :

Magnificent books (poetry/fiction/philosophy/spirituality) written in English but which have not yet been translated into French. // Superb books (poetry/fiction/philosophy/spirituality) written in English that don’t have yet been translated into French.

A publishing house is full of diverse activities for which we would be very happy to expand the team, even if only sporadically, with people who feel inspired. Here are the essentials of these activities:

  • official paperwork
  • research
  • accounting
  • marketing
  • public relations
  • layout
  • distribution
  • coordination
  • funding
  • revision
  • reading
  • binding
  • impression
  • slicing
  • collage
  • make tea

VOLIO – Logbook of a poet-engineer.rtf

My collection, a hodgepodge (essays, thoughts, humor, philosophy, little stories) drawing in mosaic the vision that I have held, for a quarter of a century, of a communicational age worthy of the name, is entirely available online:

The wish machine

logbook of a poet-engineer

https://latramice.net/2019/05/la-machine-a-souhaits-journal-de-bord )

A printed version can be ordered here.

I will also be available to present my book to groups who request it.

If you also promise to leave it in the student room of your department (or that of one of your classmates), I will give you a free copy.

Invite me ! — Fred.Lemire@LaTramice.net

 


VOLIO – The game of ideas.rtf

I am inventing a game to visualize conversations.

 

Needs :

round table top (1 meter in diameter or more) in black melamine

white plastic tokens one inch in diameter (max 3 cm) and 3 or 4 mm thick

retractable radio antennas

Kinder shells (the little yellow plastic “egg”)

people to develop and use the game with

 

Offers:

visual aid for brainstorming (alone or in a group)

a golden opportunity to . . .

“put all ideas on the table”

give ideas and their interrelationships the attention they deserve

socialize around things that interest us

feel all the power and enjoyment of chalk notations

literally wipe the slate clean on occasion

see together, understand each other better

 


VOLIO – Community.rtf

Here is what I want to find in my community:

clean air, humor, philosophy

regular talking circles

common meals

if in town (Montreal):

a quiet, wooded street north or east of Mont-Royal, that is to say: Plateau, Mile-End, Rosemont, Petite-Patrie, Outremont

if in the countryside:

forest nearby, trees, streams, a campfire, stars, if possible a pond, a lake, valleys and hills, a railway station leading to the city

a beautiful backyard with a garden, and in the garden, a fountain and a little pond

a writing table located under the canopy of tall trees

friends, good conversations, good books

permaculture

lots of room for art and contemplation

crafts

a great calm fit for writing

a multi-functional living and creative room: bookcase, cushions, musical instruments, drawing table, space for dancing, doing yoga, etc. // a creative and multi-function living room

a grocery store and a library nearby

 

Transcender la bête immonde

La question est en quelque sorte interdite, puisqu’une réponse négative qui lui serait faite justifierait, en principe, les pires exactions.

Mais qu’en est-il réellement ?  Posons-la toujours, cette question :

― Est-ce encore humain d’agir ainsi ?  

*

Le paradoxe de la tolérance, d’après Karl Popper

*

Comme il y a une limite à tolérer l’intolérance, il y a aussi une limite à se prétendre frère. Car non, cela n’est plus humain de traiter ainsi l’humain. Qui agit ainsi se reconnaîtra ; mais, pour être tout à fait clair, par ainsi on entend une manière d’exaction tant effarouchée du mot vrai qui la caractérise qu’elle accuse, par inverSionisme, d’exaction latente ou alléguée quiconque la critiquerait. — Un minable et peureux procès d’intention de bébé gâté qui en mérite un vrai de vrai, de procès !

Car, si cela est encore humain, sa place est en prison.

L’humanité sera confraternelle — ou ne sera pas.

On sera du moins jugés, à l’aune de cette confraternité.

*

Alors, repentez-vous !  Et allez y donc, mais en votre propre esprit, faire des places nettes et des conquêtes — et qu’en courageuse paix vous vous résolviez, si vous le pouvez !

*

Mais aussi que l’horreur fratricide ne nous gagne pas nous aussi, et ne nous conduise pas à haïr à notre tour, à devenir bêtes inhumaines ; gardons froid notre sang et reprenons nos esprits !  Il n’est que trop facile de rester comme fascinés, terrifiés, enragés, éplorés jusqu’à la transcendance. ― Reprenons le vital et l’essentiel ; opposons à la bête une face humaine !

*

S’arrêter là serait cependant une farce tragique, car il faut aussi agir : se recomposer d’abord, oui, faire face au principe de réalité ; puis s’y retrouver, ne vous en déplaise ; et, de là, tisser, échanger, changer ; créer l’humanité — qui risque autrement de devenir un creux et caduque concept à force d’être répété, imploré, exhorté, exigé et souligné . . . sans véritable succès.

Reprenons donc notre souffle et notre ampleur — celle de nos rêves et de notre harmonie ; celle de notre amour de la vie et de notre courage à la défendre.  Et on sera alors unis, UN. Non pas obnubilés par les frasques d’untel, ou par l’héroïsme messianique d’un autre qui prendrait tout le plancher, toute la gloire et tous les droits — non !  

La venue qui est là déjà — mais qui tarde à s’accomplir, toute engoncée elle-même dans son idéologie guerrière — est la confraternité réelle qui, bien sûr reconnaît sa diversité, ses différences et ses couleurs ; et qui passe à un autre niveau, dans un règne béni, compréhensif, englobant.

*

À ne mettre l’attention que sur la bête horrible, on perd son centre, sa finalité, même sa vitalité. Car il peut être désespérant de voir tout ce qui ne se fait pas pour contrer l’immonde . . . et désespérer — mais nous nous mettons en cela à ressembler à la bête, faite de peur et de rage.

Ne la perdons pas de vue, la bête ; elle rôde et règne dans sa fureur immonde — mais n’oublions pas cette intuition que nous sommes, que nous faisons partie d’un nombre immense qui tous et toutes font aussi partie de cette équipe — encore ensommeillée mais qui se réveille et tend le cœur et l’oreille, incrédule, au rapport de ceux qui, vaillants, n’ont pas fermé l’œil. 

N’est-il pas suprêmement important d’être ainsi vitalisés, connectés, mis au défi du réel ?  Non uniquement pour lutter et dénoncer — mais déjà pour vivre, tout simplement ?

De l’idée à l’action, il y a souvent un gouffre, mais il est facilement franchissable, en cette époque divisée, par rapport à celui que doit franchir l’apport unique de notre être au monde pour rejoindre sa compagnie : du un au plusieurs vécu, d’humains à humains, dans le concret nécessaire à tout réel changement de paradigme. 

Mais n’oublions pas qu’en notre humanité nous sommes reliés déjà, et plus grands (ô combien !) que l’humain isolé — dans notre divine humanité par son intuition révélée : multiplicité réunie, oreilles et oreillettes dressées, vibrées — ouvertes à plus que l’idée.

Nous sommes déjà une majorité, une majorité grandissante et flamboyante dans nos cœurs meurtris, explosés dans une transcendance de compassion qui voudrait tant agir. — Eh bien, c’est cela l’humanité digne de ce nom : Vivons-la ! (En moins explosés, si possible.)

Battons un rythme aimant, joyeux ; bâtissons, à l’unisson, un monde digne de ce nom ! — Et si nous en mourons, au moins, nous mourrons vivants, ce qui est encourageant pour la suite.

À l’action !  À nous !  Faisons don’ l’humanité !

Et pourquoi donc La Tramice ?

Et si nous entrions dans une ère communicationnelle ?  Certains diront que nous y sommes depuis belle lurette, avec les télécommunications, l’internet, les médias so­ciaux et tutti quanti, mais . . . communiquons-nous réelle­ment ?  On pourrait croire que non, tellement les rac­courcis intellectuels — prémédités ou non — nous di­visent aujourd’hui ; on dirait même que nos médias (anciens comme nouveaux) ne servent qu’à exacerber les dissensions et à les caricaturer jusqu’au point de non-retour, chacune enfermée dans sa bulle bien dis­tincte, laquelle a son narratif bien distinct.

Lire aussi : 

Cela est humain

Et si le clivage gauche-droite était un leurre ?

*

On s’exprime plus que jamais, mais jamais, peut-être, a-t-on moins dialogué qu’aujourd’hui. Pourtant, bien utili­sés, nos outils sophistiqués pourraient nous aider à car­tographier les arguments et à nous faire des idées éclai­rées. Je pense personnellement que c’est la révolution que nous devons faire. Celle de bâtir le monde à travers la communication. À commencer par la communication pratique, naturelle, mais mieux communiquée, avec toutes les considérations théoriques, scientifiques et technologiques que cela implique.

Le sujet est très vaste, et c’est pourquoi j’ai créé LaTramice.net : pour y parler de communication, pour y musarder sur la prairie fleurie infinie de la question, mais aussi pour y développer des outils, des pratiques et, qui sait, des communautés et des équipes.

J’en profite pour relancer l’invitation à soumettre du nouveau contenu. Communication, philosophie, société. N’importe quoi à l’intersection de ces trois branches et qui se met sur un site web.

À l’avènement d’une ère proprement communicationnelle !

Fred Lemire
Tramarade fondateur

*

Editions@LaTramice.net

Ligne éditoriale ~

Coeur du site

Vous voici au cœur battant
des Éditions de la Tramice

Photo : LE Kui — LKVM Studio
Tramarade fondateur : Fred Lemire, alias Frédo

questionniste devant l’éternel et auteur de


La machine à souhaits : un livre dû pour avant-hier — mais . . . c’est encore jouable : il est encore temps — intemporellement temps !  Et s’il était en fait facile de retisser le monde à l’endroit à partir de nos souhaits mêmes ― et d’un petit algorithme d’apprentissage ?

Un tel outil a vu le jour à l’automne 2012 et n’est qu’un jalon parmi de nombreux autres issus de la pensée de Frédo : des contes, de l’humour absurde, de la poésie, quelque élémentaire philosophie et mille-et-une pensées qui sont venues se percher dans la forêt de son esprit.

Des manières intelligentes de vivre entre nous sont urgentes et criantes de possibilité. Peut-être même est-il sérieusement temps d’y réfléchir ― tout en s’amusant ?

Et vivement une ère proprement communicationnelle !

Citations en forme de mèmes tirées du livre — SVP, partagez !

publié chez

Les éditions de la Tramice

*

La machine à souhaits ― journal de bord d’un poète-ingénieur est consultable en entier sur La Tramice ; vous pouvez aussi en commander à notre boutique tramicielle au coût de 30 $ l’exemplaire, plus les frais de transport.

Venez nous visiter, avec nous jaser un brin !

✦ Le club des éditions de la Tramice 

(Sur rendez-vous seulement.)

✧ Avis d’offres et de recherches 

Cliquez pour plus d’information.

*

Boutique tramicielle

Articles en vedette
du journal

La Tramice

La Trame Étoilée

un mouvement d’entraide
complètement décentralisé

 

*

Les carnets de reconnaissance

un outil de fluidification des échanges

 

*


Cela est humain

Et si le clivage gauche-droite était un leurre ?

manifeste

 

*

AI Should Be a Social Media

« Social AI should be made by the people and for the people. Ideas should be ours to tend to. — Trying to make bridges, and maybe castles too. »

manifesto

Écrivez pour La Tramice !
journal de l’ère communicationnelle

communication • philosophie • société

 

Editions@LaTramice.net

Ligne éditoriale ~

AI Should Be a Social Media

  • AI could link all platforms.
  • AI could link all ideas.
  • Social AI should be made by the people and for the people. Ideas should be ours to tend to. — Trying to make bridges, and maybe castles too.
  • Instead of having One Right Answer as a classic encyclopedia page, go radically NORA with dynamic, zoomable tag clouds. Also, dear AI, never affirm what is not 100% certain. We have marvelous expressions such as « according to » that should never again be omitted.
  • A universal dictionary should emerge from personal dictionaries. Language is a Common.
  • Personal stuff is important to persons. Let’s make an AI that is not only about general knowledge, but also a practical means by which to socialize, exchange, study, travel, borrow, lend, buy, sell, share, acknowledge . . .
  • Navigating the knowledge continuum requires nothing less than a full-equipped and customizable dashboard.

#AIshouldBEaSocialMedia

Ideas for the Future of Twitter

You know like me in how reckless a time we live regarding how some Big Politics, Institutions & Businesses do not really care about us, truth, or mere livable life here under the stars. Corruption and degradation is seemingly affecting so many parts of our societies !  Is there any real hope for repairing this mess ?

All this can be distressing, but should not distract us from an essential fact : that good communication is primordial and constitutive of our social fabric. Now, since Mr. Elon Musk publicly announced his aim to transform Twitter into an all-in-one app à la WeChat, I surmise that he understands that. For a single tool (i.e. a platform, protocol or practice) could indeed suffice for us to be properly weaving at it again.

I have reflected upon this question for years, always with conviviality as a guide. And I have stumbled upon the general and very simple idea of an efficacious « Wish Machine », that is, one that can find, amid a large database of wishes, all the wishes that match each other ; it could be a good basis for a people&life-oriented economy, no ?

For, when needs are met, work&exchanges equitably recognized and meaningful dreams&wishes duly attended to on a livable planet (which implies a little foreseeing), what else do we need an economy for ?  It seems to me that investing in that — and love, of course — is indeed all we need.

*

But if the ongoing information war taught us something, it is that we also need an impartial collective knowledge-base where all sides of stories are told, where reviews are fair and new paths easily added — hopefully leading to meadows of concord.

In all matters, we need debates to be had in a somewhat timeless AND fluid manner, without any imposed echo-chamber to divide us. Moreover, in a complete ecosystem, newsfeeds should not only trickle, but also gather, mingle, battle, and find their proper balance in vaster and vaster knowledge pools.

I suggest that, in this all-in-one app, instead of the necessarily biased « unique entry » of regular encyclopedias, subject matters would first be seen as impartial dynamic tag clouds of proportionally represented points of view, clouds that we should be able to navigate freely and also articulate semantically, which good old language can do almost magically, and even more so with the help of some automation. By chopping and linking things into small units of information / points of view, Twitter has been doing almost just that already, albeit in a somewhat haphazard and more or less constructive way.

Some of our infos will be, on a complete communicational ecosystem, much more than fleeting tweets. Everything grand had started humble. We have tweeted ; very well. — Let’s have a real conversation, now — beyond the old echo-chambers, beyond distraction to no end, beyond the old « unique » program of manipulation !  And let’s live freely !

*

Also, I believe that AIs and chatbots really can, if well conceived (to start with : without biases), help us in many of our endeavours — but also that humans should always be kept in the decisional loops that affect their lives. What AIs would be for, otherwise ?  Who would they work for ?  They should be our assistants, NOT our managers.

I think that a complete communicational ecosystem should also include tools that we can all use for measuring, accompanying and influencing upon the development and evolution of language itself, in an open, interlinked, and growing multiplicity of living dialects emerged from our very personal dictionaries.

Communication can be a lot more than sharing and commenting the news, or even sell, shop and pay for services and things : it can actually be a tool that will serve us to humanely constitute our very lives, dreams, endeavours and common world.

The idea is big ; the idea is worth trying.

— To the advent of a proper communicational era !, I say.

Fred Lemire

alias Fred Mir and Frédo


For those interested, I developed and expanded those ideas in a book called La machine à souhaits — méli-mélo de clartés ingénieuses ou taquines — journal de bord d’un poète-ingénieur* (that you can order in physical form or read online in PDF format) ; there, and also in many articles published on :

LaTramice.net 

Journal for the Coming of a Communicational Age

* I published this book from my own small publishing house, Les éditions de la Tramice, and, although you can read it integrally online, I think it deserves a broader dissemination ; so, if anyone is interested in translating it or helping me distribute it or publishing it in other languages, please contact me : Frédo@LaTramice.net (sans accent). Conversely, I would love to find an interesting book to translate from English to French !  Translation exchange, anyone ?

La Trame Étoilée — un mouvement d’entraide complètement décentralisé

Dernière mise-à-jour : 19 novembre 2023

Objet : Souhaites-tu participer à un mouvement d’entraide affinitaire et complètement décentralisé ?

La Trame Étoilée

et ses

Carnets de reconnaissance

 

Salut !

Si je t’envoie ceci, c’est dans le souhait d’optimiser l’intelligence collective et la bienveillance dans mon réseau et, par propagation naturelle des bonnes idées, dans les réseaux d’autres personnes de bonne volonté, réseaux étoilés où peut se tisser, en les connectant — ou simplement en explorant leurs sentiers —, un monde qui nous ressemble.

En particulier, la présente approche vise à venir compléter les pratiques essentiellement communautaires par des pratiques individuelles (et co-individuelles, comme les cercles de souhaits*) qui, additionnées et multipliées ensemble, peuvent dépasser n’importe quel modèle pré-établi, dans un mouvement grandissant d’autonomie émergente.

Je te propose ici une pratique qui a le potentiel de créer ni plus ni moins qu’un système économique simple reposant entièrement entre nos mains. Il s’agit d’abord d’envoyer une lettre similaire à celle-ci dans ton réseau significatif en l’accompagnant, toi aussi, de tes volios, c’est-à-dire de tes listes de souhaits (une liste personnelle, et une pour chacun de tes projets).

(Note : Il vaut mieux, pour ces volios, utiliser un format universel, tel .txt ou .rtf afin d’en assurer la lisibilité sur tous les éditeurs de texte.)

Je te prie d’ailleurs de bien vouloir conserver mes volios (ci-joints) avec ceux des autres participants dans un dossier dédié. (Rappelle-toi qu’on peut souhaiter offrir autant que partager ou recevoir !)

Alternativement, tu peux faire comme moi et mettre tes souhaits sur une page web. Plusieurs plateformes permettent de le faire sans frais. Les médias sociaux peuvent aussi servir de plateforme. Suggestions : utiliser les mots-clics (hashtags) #latrameetoilee ou #thefabricofwishes.

Apparier les souhaits pour mettre des gens en contact, nous le faisons déjà tous plus ou moins « Ah !, je connais quelqu’un que tu aurais intérêt à rencontrer ! » — mais combien d’occasions d’entraide et d’échange sont perdues, négligées, par simple défaut de communication ? — Et qu’adviendrait-il donc si nous commencions à prendre la communication, le réseautage et nos rêves eux-mêmes quelque peu au sérieux ?

Idées de sortes de souhaits

Besoins (de toute nature : sociale, psychologique, physique . . .), désirs (profonds ou superficiels, affectifs ou matériels), offres (de biens, de services, de talents, d’expertise, de matériaux, de temps, d’aide, d’espace, de transport . . .), échanges (en argent, HOPs**, troc . . .), dons, partages (d’expériences, d’intérêts, de connaissances . . .), prêts et emprunts (d’outils, de livres . . .), projets (descriptions, personnels, collectifs, trouver des partenaires . . .), activités (sportives, littéraires, ludiques, danse . . .), circuits, voyages (recommandations, itinéraire, régularité, capacité de transporter, recherche de moyens de transport), localisation (coordonnées, rayon d’action), horaire, disponibilités (pour quelles activités spécifiques ou quels types d’activité : physique, intellectuelle . . .), langues (parlées, écrites, capacité de traduire).

Si la pratique se répand, les listes de souhaits de nos amis — et celles des amis de nos amis — pleuvront dans nos boîtes courrielles et nous serons ainsi mieux que jamais en mesure de nous entraider et de réseauter efficacement sans dépendre d’une plateforme autre que l’internet de base. Évidemment, il faut y mettre un peu d’attention et d’efforts mémoriels. Déjà, organiser de simples cercles de souhaits* où chacun chacune a un temps de parole pour exposer aux autres ses besoins et ses offres, ses intérêts et ses projets (qui ont eux aussi leurs besoins et leurs offres) — ça peut faire une belle différence !  Libre à nous également de créer ou d’utiliser des bases locales de données et des outils de recherche. Le but essentiel de cette lettre est avant tout que l’information circule et que nous en prenions acte.

Et pourquoi ne pas imprimer ces listes de souhaits pour les conserver dans des cartables de volios, des « bottins de souhaits » (offres, demandes et intérêts) — qu’il pourra être très pratique d’avoir sous la main, entre autres dans les occasions sociales ?

**. Je te partage également un outil qui permet de fluidifier les échanges et de faciliter le démarrage d’entreprises : le Carnet de reconnaissance.  Tu peux en télécharger les pages ici (https://latramice.net/2020/08/les-carnets-de-reconnaissance ; ces carnets sont conçus pour y tenir une comptabilité décentralisée permettant de s’informer sur son équilibre « donner-recevoir » au sein de la collectivité, et ainsi de remplacer avantageusement la monnaie), puis les découper, les imprimer, les plier et les brocher — ou encore en acheter tout faits ici, sur LaTramice.net¹ . 

  1. Journal en ligne fondé par l’initiateur de la présente lettre et voué à l’avènement d’une ère communicationnelle digne de ce nom !

Le fait que ce moyen d’échange soit associé à La Trame Étoilée, un réseau de réseaux de gens significatifs, le fait qu’il soit transparent et donc contre-vérifiable par les pairs, le fait qu’il soit un outil individuel et objectif qui ne dépend pas d’un organisme central ou de taux de change, cela contribue à sa fiabilité et donc à la confiance qu’on aura en lui ; deux ingrédients essentiels en matière de transaction. La valeur d’une devise repose essentiellement sur le fait qu’elle soit reconnue.

L’argent devrait être un simple instrument de mesure
et sa rareté est un non-sens créé artificiellement.
Il serait en effet ab­surde de manquer de centimètres
pour pouvoir faire toutes les mesures que nous voulons faire
au courant de la jour­née — n’est-ce pas ?

On peut tenir un carnet pour soi et pour chacun de ses projets. Tous les détails sur la page des carnets, mentionnée ci-haut.

L’idée est de venir compléter les systèmes tant soit peu centralisés (tels le JEU — https://jardindechangeuniversel.wordpress.com ; renseigne-toi s’il y a un groupe JEU dans ta localité ; en principe, le réseau fonctionnant lui aussi avec le temps comme unité d’échange, il y aura compatibilité avec les carnets de reconnaissance) en invitant les individus à être également, chacun chacune, à petite échelle, un tel centre pour les personnes de leurs réseaux.

Un collectivisme par trop exclusif érodera l’individualité ou entrera en opposition avec elle — de même, à l’inverse, un individualisme complètement déconnecté de la société où il vit érodera cette dernière. 

Mais un juste équilibre entre ces aspects essentiels de la vie humaine est peut-être atteignable par une sorte de judo d’autonomisation universelle empreinte de spécialisation organique qui viendrait assumer localement différentes fonctions au sein de la trame étoilée de nos désirs (tenue de cartable, de base de données, de babillard, de local, de cercle de souhaits*, de boîte à souhaits ; gentille extirpation de souhaits auprès de ses amis, distribution de cette lettre sous forme de dépliant ; circuit, entreposage, transport, talents, outils, etc.) qui, organiquement, créeront un grand corps d’entraide entre les êtres, une danse plus qu’un corps, un jam plus qu’un orchestre, une ouverture et un partage plus qu’un collectif.

Qu’est-ce que ça nous coûte d’essayer ?

✦ ✦ ✦

Outre les frais de télécommunications, d’impression et peut-être l’achat de carnets de reconnaissance ou d’un cartable pour nos bottins de souhaits, l’encre de nos stylos . . . (!) — cette solution est entièrement gratuite !

Mais songe à la richesse
qu’elle peut révéler et mettre en action
dans nos multiples interactions,
à petites et plus grandes échelles !

Nous avons aujourd’hui plus que jamais besoin de nous organiser efficacement pour construire et tisser ensemble ce monde convivial et multicolore que nous désirons. C’est pas si compliqué, au fond.

Il suffit de nous communiquer intelligemment ce qui compte.

Et si on s’y mettait ?

Frédo***

réf.: https://latramice.net/2021/09/la-trame-etoilee

***. Ton nom ici.

*. ✦

Tous les samedis à 14 h

Dans tous les parcs de toutes les villes ;
dans tous les villages, tous les patelins

(dès que le temps le permet)

des

~ Cercles de souhaits ~

(on les reconnaîtra au drapeau blanc)

. . . où on écoute, tour à tour, chaque personne exposer ses :

besoinstalentsoffresintérêts
et ceux de ses projets

(et rien d’autre)

À la fin du tour, on va parler aux gens avec qui
on a quelque chose à communiquer.

Ces cercles se veulent un point de départ pratique
et, à cette fin,
exempts de débats ; ils peuvent toutefois
être l’occasion de lancer d’autres cercles voués, eux,
à débattre de questions spécifiques.

Faites circuler !

 

(Notez que cette pratique peut s’avérer utile en cas de pannes télécommunicationnelles ; elle pourrait même être un merveilleux substitut à tout notre cher internet et toutes ses intelligences artificielles où nous caquetons souvent sans rien entreprendre pour que vive la vie. Un genre de « Human Reset » capable de tout refonder sur une base humaine.)




~ Mes volios ~

 


VOLIO – Fred Lemire // Fred Mir // Frédo.rtf

INFOS :

nom // name : Fred Mir // Frédéric Lemire // Fred Lemire // Frédo

email // courriel : fredofromstart@gmail.com

langues // languages : français, English

alimentation // diet : végétalienne // vegan

code postal // postal code : H2W 2M4

rayon d’action // range : 3 km

 

OFFRES // OFFERS :

dessin // illustration // drawing (https://www.facebook.com/media/set/?set=a.4793975637&type=3)

illustrer un texte sérieux avec des illustrations humoristiques // funny illustrations

enseigner le français // to teach French

inventer des jeux de mots, des acronymes // to invent wordplays, acronyms

 

DEMANDES // DEMANDS :

des gens avec qui brainstormer sur mon roman

have my book translated // que mon livre soit traduit

que mon livre soit diffusé // have my book distributed

des pantoufles tricotées // knitted slippers

des draps (pas « contour ») pour lit simple

recevoir des massages // to receive massages

participer à des ateliers d’expérimentations énergétiques // to participate in energetic experimenta­tion workshops

a device that records everything and stores sound bites in files on demand // un dispositif qui enregistre tout et qui, sur demande, store des extraits sonores dans des fichiers

aimerais connaître des itinéraires bucoliques au Québec

 

INTÉRÊTS // INTERESTS :

rassemblements de la famille Arc-en-ciel // Rainbow Ga­therings

débats philosophiques // philosophical debates

programming // programmation

Obsidian – j’aimerais échanger avec d’autres adeptes du logiciel

trouver des gens avec qui jouer au go // to find people with whom to play go

trouver partenaire(s) dans la conception et la réalisation de bé­dés, cartoon strips, mèmes // to find partner(s) for thin­king up and realizing comic books, cartoon strips, memes

 


VOLIO – La Tramice, journal de l’ère communicationnelle.rtf


Offres :

La Tramice, journal de l’ère communicationnelle, se veut une plateforme conviviale où tenir une conversation constructive sur les rôles que la com­munication peut et doit jouer dans notre monde en transition.

 

Demandes :

Des articles !  Évidemment, la communication doit être à l’hon­neur dans chaque article ou autre contenu, lesquels doivent être signés (pseudonymes acceptés) et avoir un titre. — Tous les détails ici.

Le journal cherche aussi à agrandir son équipe.

 


VOLIO – Les éditions de la Tramice (et le Club d’icelles).rtf

Les éditions de la Tramice est une petite maison d’édition dédiée à l’avènement d’une ère communicationnelle, c’est-à-dire une ère où les individus tissent responsablement, librement et coopérativement le monde dans lequel ils vivent par une utilisation intelligente de la communication. Car toute société, tout système se tisse par la communication.

 

Nous offrons :

révision de texte en français // spell checking in French

traduction de l’anglais au français // translation from English to French

traduction du français à l’anglais // translation from French to English

édition en petite quantité — contacter : Editions@LaTramice.net

illustration

montage vidéo

Le Club des éditions de la Tramice — Venez discuter avec nous !

Nous cherchons :

Livres magnifiques (poésie/fiction/philosophie/spiritualité) écrits en anglais mais qui n’ont pas encore été traduits en français. // Superb books (poetry/fiction/philosophy/spirituality) written in English that don’t have yet been translated in French.

Une maison d’édition est remplie d’activités diverses pour l’accomplissement desquelles nous serions bien heureux d’agrandir l’équipe, ne serait-ce que sporadiquement, avec des gens qui s’y sentent inspirés. Voici l’essentiel de ces activités :

  • paperasse officielle
  • recherche
  • comptabilité
  • marketing
  • relations publique
  • mise en page
  • distribution
  • coordination
  • financement
  • révision
  • lecture
  • reliure
  • impression
  • tranchage
  • collage
  • faire du thé

VOLIO – Journal de bord d’un poète-ingénieur.rtf

Mon recueil, un méli-mélo (essais, pensées, humour, philosophie, petites histoires) dessinant en mosaïque la vision que je porte, depuis un quart de siècle, d’une ère communicationnelle digne de ce nom, est intégralement disponible en ligne : 

La machine à souhaits

journal de bord d’un poète-ingénieur

(https://latramice.net/2019/05/la-machine-a-souhaits-journal-de-bord)

Une version imprimée peut être commandée ici.

Je serai également disponible pour présenter mon livre à des groupes qui m’en feront la demande.

Si en plus vous me promettez de le laisser à résidence dans le local étudiant de votre département (ou de celui d’un.e de vos camarades), je vous donne un exemplaire gratuit.

Invitez-moi ! — Fred.Lemire@LaTramice.net

 


VOLIO – Le jeu des idées.rtf

Je suis à inventer un jeu pour visualiser les conversations.

 

Besoins :

dessus de table rond (1 mètre de diamètre ou plus) en mélamine noire

jetons blancs en plastique d’un pouce de diamètre (max 3 cm) et de 3 ou 4 mm d’épaisseur

antennes de postes radio rétractables

coquilles Kinder (le petit « œuf » jaune en plastique)

gens avec qui développer et utiliser le jeu

 

Offres :

aide visuelle au brainstorming (seul.e ou en groupe)

une occasion en or de . . .

« mettre toutes les idées sur la table »

donner aux idées et à leur interrelations toute l’attention qu’elles méritent

socialiser autour de choses qui nous intéressent

sentir toute la puissance et la jouissance des notations à la craie

littéralement faire table rase à l’occasion

voir ensemble, se comprendre mieux

 


VOLIO – Communauté.rtf

Voici ce que je souhaite trouver dans ma communauté :

de l’air pur, de l’humour, de la philosophie // clean air, humor, philosophy

des cercles de paroles réguliers // regular talking circles

des repas en commun // common meals

si en ville (Montréal) :

une rue tranquille et boisée au nord ou à l’est du Mont-Royal, c’est-à-dire : Plateau, Mile-End, Ro­semont, Petite-Patrie, Outremont

si en campagne :

de la forêt à proximité, des arbres, des ruisseaux, un feu de camp, des étoiles, si possible un étang, un lac, des vallons et des collines, une gare de chemin-de-fer menant à la ville // forest nearby, trees, brooks, a campfire, stars, a pond if possible, a lake, valleys and hills, a train station leading to the City

une belle cour arrière avec jardin et dans le jardin, une fontaine et un bassin // a beautiful backyard with a gar­den, and in the garden, a fountain and a little pond

une table d’écriture située sous les frondaisons de grands arbres // a writing table located under the canopy of tall trees

des amis, de bonnes conversations, de bons livres // friends, good conversations, good books

de la permaculture // permaculture

beaucoup de place pour l’art et la contemplation // much room for art and contemplation

de l’artisanat // craft

un grand calme propice à l’écriture // a great calm fit for writing

une pièce de vie et de création multi-fonction : biblio­thèque, coussins, instruments de musique, table à dessin, espace pour danser, faire du yoga, etc. // a creative and multi-function living-room

une épicerie et une bibliothèque à proximité // a grocery store and a library nearby

 


VOLIO – Pavillon d’écriture.rtf

Je désire me construire un petit pavillon vitré transportable avec beaucoup d’espace de bureau. L’idée est qu’il entre tout juste dans une remorque standard lorsque vient le temps de le transporter. La base sera donc rectangulaire, mais le haut sera en hexagone et débordera sur les côtés. J’aimerais que le toit ait un style pagode, mais qu’il soit vitré lui aussi. Chaque fenêtre pourra être bloquée par un panneau isolant noir d’un côté et argenté de l’autre. Les panneaux seront mis côté réfléchissant vers l’intérieur lorsqu’on voudra conserver la chaleur et vers l’extérieur lorsque c’est du soleil qu’on voudra se prémunir. Ces panneaux pourront être rangés dans des soutes amovibles de chaque côté du rectangle de la base, dans le prolongement des murs arrangés en hexagone. J’aimerais que le pavillon soit suffisamment léger pour pouvoir être soulevé par deux personnes (pour la même raison, il faudra pouvoir l’ancrer dans le sol pour l’armer contre le vent).

Besoins // Needs :

Fr : astrofoil, grosse toile, mate­las de mousse, aide pour la construction, outils

En : astrofoil, coarse canvas, foam mattress, help for construction, tools

La tentation du monde

(i.e. : ça va bien aller)

« Ma vie est confortable. — J’ai l’eau courante, l’internet à volonté, ni chaud ni froid, ni faim ni soif, et — surtout — ma belle petite pilule bleue contre l’angoisse d’être !  La police arrête les voleurs, la télé m’informe des actualités, le gouvernement fait la loi et la morale est du bon côté. Les avions volent dans le ciel, les trains sur leurs rails, ↣ et le progrès file comme une flèche lancée par en avant. J’ai foi en cette flèche et y ajoute la mienne, en faisceau. — Nous vaincrons ! — Nous sommes un grand peuple aux commandes du vaisseau spatial Terre. Je peux dormir tranquille. — Ça va bien aller. »

Cette tentation, vous la connaissez bien.

Caricature : André-Philippe Côté

Après son deuxième échec, le diable transporte encore Jésus sur une fort haute montagne. Il lui montre, « en un instant » (Luc 4 : 5), tous les royaumes de ce monde et leur gloire. Puis il lui dit : « Je te donnerai toutes ces choses, si, te prosternant, tu me rends hommage » (Matt. 4 : 9).

— Mais non, voyons !  Où vas-tu chercher ça ?  Satan, maintenant ! ^^ Ne crois-tu donc pas à la techno-big-science incorporée ?  Tiens-tu donc à attraper la maladie du nez¹ ?  Ça va bien aller, c’est le techno-président lui-même qui l’a dit !

  1. *

Je remets en question le progrès lui-même,
sa nature, sa culture.
Cette question : le progrès,
qui devrait donner un sens à notre existence,
ne s’est-il pas substitué à elle ?

Le progrès n’est-il pas devenu notre existence elle-même ?

La locomotive roule-t-elle pour rouler
et pour la seule griserie qu’apporte la vitesse ?

Pierre Foglia

*

Définition de « progressisme », selon Toupie.org.

Étymologie : du latin progressus, action d’avancer.

Le progressisme est un courant de pensée qui considère qu’une transformation profonde des structures sociales et politiques doit être accomplie pour une plus grande justice sociale et pour l’amélioration des conditions de vie. Il s’oppose au conservatisme.

Les progressistes croient au progrès moral de l’humanité et aux bénéfices que le développement des sciences et des techniques peut apporter au plus grand nombre.

Le terme « progressisme » a été créé vers 1930, avec l’idée selon laquelle l’organisation sociale et politique actuelle résulte d’un processus historique continu d’amélioration qui peut être poursuivi, voire accéléré par des réformes souvent radicales.

Porté par la philosophie du siècle des Lumières et par l’essor de la science au XIXe siècle, le progressisme part du postulat que le sens de l’histoire est le progrès. Cependant, les deux guerres mondiales du XXe siècle, les camps de concentration, la bombe atomique, les génocides, la persistance de la pauvreté, les pollutions . . . ont nourri les critiques de la notion de progrès et de la domination de l’humain sur la nature. Le progrès n’apparaît plus comme devant être limité au seul progrès technique ni comme étant le résultat automatique de l’histoire.

*

Je croyais auparavant que le progressisme se limitait à l’aspect social (en premier lieu, la défense des droits de la personne), je m’en suis même réclamé ; mais un fort relent de technototalitarisme me fait faire une petite recherche sur l’idéologie en question qui m’apprend que celle-ci cautionne par la bande l’arsenal technique de plus en plus envahissant du soi-disant progrès — ce qui, subitement, me rend tout le concept fort suspect.

À bien y regarder, il y a et aura toujours à redire et à parfaire en ce monde — comme en bien d’autres, sûrement. Donc une idéologie du progrès . . . par le progrès et . . . pour le progrès deviendra en ces mondes hégémonique en elle-même, du simple fait qu’elle se prolongera par nature à l’infini dans toutes les sphères de la vie, toujours plus totalisante.

Nous n’avons pas à soi-disant « progresser » sur le chemin sans fin d’une idéologie qui construit ses propres rails, mais bien à vivre, processus de diversité en évolution s’il en est un !  Les mentalités évoluent, oui, les idées se fraient un chemin et des outils s’inventent ; accompagnons ces processus — mais veillons avant tout à ce qu’ils ne deviennent pas voies ferrées barricadées, puis enclaves, puis esclavage !  Un progrès ne peut être que spécifique à une situation particulière ; il ne peut valoir pour toute situation, pour la bonne raison qu’il serait alors arrêt et non progrès.

*

Il m’apparaît cependant évident que certains indices ont suffisamment de pertinence pour nous aider à mesurer de véritables progrès (et reculs) en ce qui a trait à notre aventure première — c’est-à-dire vivre. Si le PIB actuel (produit intérieur brut) est manifestement un indicateur perverti, il existe d’autres collectes de données possibles qui, bien conçues, peuvent, par simple principe de rétroaction (feedback), nous aider à mieux vivre, individuellement et collectivement.

La différence, c’est que ce genre de progrès entendra la mesure de façon mesurée, c’est-à-dire scientifiquement et humainement à la fois ; alors que le progrès progresso-progressiste (il faut être pour le progrès, voyons !) entend — de plus en plus, malheureusement — la mesure de façon technocrate ; c’est-à-dire moins humaine et plus autoritaire, plus totalisante, plus robotisante.

Une « science » vouée à un tel progrès, tracé impérativement par des techniques de plus en plus exclusives à des élites et classes exclusives, ce n’est pas de la science, c’est, au mieux, une machine infernale alambiquée digne d’une dystopie de série B.

La mesure mesurée n’est pas un progrès en soi, la construction sans fin d’une utopie dont le moteur emballé nous échappe, mais une attention constante et circonstanciée portée aux petits indices de la vie — c’est-à-dire une véritable science, une science humaine, qui nous éclaire, nous écoute et nous aide — ; et certainement pas un programme qui nous enfume, nous étiquette, nous salit, nous abêtit, nous exclue, nous divise, nous médicamente, nous contrôle, nous viole et nous encarcane !

Voir tous les extraits.

*

Ne vous laissez pas attraper par l’illusion ; ceci n’est pas du prosélytisme religieux, ce n’est pas du prêchi-prêcha, c’est bêtement le technototalitarisme qui nous guette et l’humanité qui est en jeu. Des génies comme Mœbius nous ont prévenus de cette tendance lourde à profiter de crises (ou à en provoquer) pour ensuite imposer des solutions qui nous asservissent, ou du moins nous rendent plus faciles à contrôler.

*

La tentation du monde est si forte, parfois qu’on ne la voit plus. « Tout cela est bel et bon, l’humanité est en marche vers le progrès, la capitalo-techno-science s’occupe de plus en plus de nous ; j’ai mes divertissements, mes voyages, mes restos. Quiconque s’oppose à cette marche grandiose du monde est un disjoncté, un complotiste dont la pensée doit être vite neutralisée. — Vive la science (sic) en marche ! »

*

À poursuivre ainsi la tentation d’un monde en marche dans un progrès inexorable, donc d’un universel imposant et imposé, on aura au final négligé, voire piétiné le particulier, la personne. À gober individuellement l’hameçon du progrès avec le lunch gratuit, on aura cédé de sa liberté, de son humanité. À placer un soi-disant progrès au-dessus de l’intégrité physique de la personne et de son droit à l’autodétermination, on l’aura abandonnée dans la foulée. Solidaires avec qui, déjà ?

On se prosterne aujourd’hui devant la machine inexorable pour atteindre ou perpétuer ce monde si tentant, si rassurant, si prometteur, où les autorités ont la réponse technologique adéquate grâce au glorieux progrès. — Veuillez relever votre manche, s’il vous plaît.

*

Un véritable monde est chose digne à désirer, pourtant.

Un monde fondé sur nos désirs profonds, médités, sélectifs, harmonisés, oui, cela a du sens. Mais un monde à gober tout rond, tout encapsulé dans une belle pilule bleue pour revenir à la nouvelle normale (il y a sans cesse de nouvelles variantes de normales, on n’arrête pas le progrès), c’est un procédé à gogo — soit dit entre nous pour rester polis.

Je crois à une société solidaire faite d’individus autodéterminés. Le progressisme aujourd’hui, au prétexte du bien commun, efface trop souvent cette autodétermination sous des devoirs citoyens de plus en plus martelés, enjoints, voire forcés — et, de société réellement vivante, on chute à quelque informe « collectif » théorique en animation artificielle sur lequel se penchent les experts.

Que l’on mesure le progrès en fonction de l’humanité et non l’inverse serait un bon début d’amélioration de cet état pitoyable.

*

Où va donc le monde ? — Chaque personne a en elle une version du monde et chaque personne fait son chemin. 

— Où s’en vont donc ces mondes ?

Demandez-vous donc à quoi rêve chaque personne, demandez à votre cœur et aux gens autour de vous, et vous en aurez une idée pro-active, un petit monde digne de ce nom qui se tisse autour de vous — et de bonnes raisons de vivre en bonus !

Bonnes vies !  Bons chemins !

Frédo

Outils pour une ère communicationnelle

Image : Moebius

Dernière mise-à-jour : 26 octobre 2023

En avez-vous assez de cette foire d’empoigne qui, sur les médias sociaux et sur la Toile en général, enfle aujourd’hui comme tsunami, où chaque donnée est douteuse et à vérifier et à contre-vérifier, où certaines données ne sont même pas regardées par certains, sous le prétexte qu’elles seraient anecdotiques, hâtivement rejetées par ceux des fact-tchèqueurs qui sont relayés — très sélectivement — par les médias de masse, ou alors tout bêtement parce qu’elles viendraient de sources affiliées au « mauvais » bout du spectre politique et pour cela automatiquement discréditées ?  Une foire où les données brandies et répétées comme catéchisme par les médias de masse proviennent de sources pour le moins douteuses et non moins centralisées ?  Où une élite s’enrichit en temps de crise pendant que le reste y goûte — et que les plus atteints par la propagande galopante en redemandent ?

De la science, on en veut. Mais une centralisation s’est installée aujourd’hui qui nuit à la science, une centralisation de pouvoir et non de savoir. Quand on refuse de débattre, quand on ment, quand le ver est dans la pomme, quand la rétroaction nécessaire au savoir est refoulée par le vent du pouvoir qui seul anime la roue, quand nous ne sommes plus maîtres des outils qui devaient pourtant fidèlement nous servir, quand le centre du pouvoir s’immisce dans chaque sphère de nos vies et réduit à bétail l’humain et à errement son potentiel — ce n’est plus de la science.

*

Bon, nos médias nous servent mal, mais pouvons-nous nous passer d’organes de communication ?  Notre science elle-même est sourde et se totalitarise, mais pouvons-nous nous passer de science ?

Non, bien sûr que non.

D’abord, la réalité ne se résume pas à des « faits » — toujours, avez-vous remarqué ?, établis par des autorités, qui peuvent, par cette prérogative, aisément les manipuler. Non, la réalité est constituée d’une myriade de points de vue — et nous devrions pouvoir les « entendre » tous afin de ne pas obtenir, dès le départ, une vision biaisée de la réalité.

Sauf qu’il y a aujourd’hui un format réducteur de réalité qui s’est installé qui n’est guère favorable aux échanges et au débat. On cancèle allègrement, on dénigre gratuitement, on n’a d’arguments que d’autorité ou pour refuser le débat — et on se conforme à l’avenant !  Nos médias sociaux actuels sont mieux que rien, certains débats y ont tout de même lieu et nous nous y comportons comme les neurones d’un vaste cerveau planétaire dans les limites qui nous sont imparties au sein du spectaculaire flot d’information. Mais il nous faut mieux.

Ce qu’il nous faut, c’est un média social fiable, horizontal, qui conserve les données, permette de les mettre en relation intelligente et permette aussi les annotations, qui facilite les débats, qui puisse exister en-dehors du substrat informatique et indépendamment de lui et, surtout, qui ne nous efface pas quand on ne marche pas dans le sens des flèches ; un outil universel de communication, une plateforme inclusive et impartiale — un réseau de telles plateformes et outils ; un réseau universel où ne soient pas d’office balayés du revers de la main la demande de se faire entendre, de débattre, de questionner — ou, par exemple fort actuel, tout rapport citoyen que l’on pourrait vouloir faire homologuer à propos de notre état de santé suivant la prise d’un produit encore expérimental.

Qu’est-ce qui nous nuit, présentement ?  Est-ce la science ?  Est-ce la communication ???  Non, bien sûr, mais les mauvais usages qui en sont faits par des pouvoirs élitistes et autoritaires. Une communication à sens unique est une bouffonnerie, en regard du potentiel réel de la communication. Et une science sans réelle communication n’est pas une science — mais une secte.

*

L’universalité a été si souvent si mal utilisée, qu’elle est peu à peu devenue, pour beaucoup — et avec raison, hélas ! —, synonyme de contrôle élitiste et de bureaucratie — utilisation totalitaire qui réunit au bas d’un nouvel axe les prétendus « extrêmes » de l’axe gauche-droite. Que reste-t-il, qu’est-ce qui surnage lorsqu’on a identifié et remis à sa place ce qui, indigne affront à notre potentiel, nous rendait moins humain ?  L’humain, bien entendu. L’humain est là où co-existent l’individuel, le collectif et l’universel.

Un réel universel ne peut être unilatéral puisque, ainsi constitué, un simple dialogue le dépasserait en universalité.

La communication doit être ouverte, multilatérale, parcourable, et la seule chose qui doit y être universelle en est l’accès. Nous avons besoin d’un outil commun, d’un moyen pour bien nous communiquer, d’un protocole de base pour se communiquer non seulement nos conversations, mais aussi nos offres, besoins, intérêts, disponibilités, itinéraires, rendez-vous, capacité de transporter, circuits, idées, définitions, questions et réponses — bref, nous avons besoin d’une plateforme communicationnelle digne de ce nom.

Nous avons besoin de communication, pas de contrôle. Pas unilatéral, en tout cas. — Car les témoignages qui se retrouveront sur cette plateforme devront bien sûr être corroborés. Et nous devrons nous assurer que cela ne soit pas la prérogative d’une entité exclusive.

En commun, nous devons avoir un système qui mette à profit l’intelligence collective et qui soit apte à faire émerger de nos rapports : connaissances, expériences, points de vue et déductions — de réelles clartés.

Cela, bien sûr, n’ira pas sans débats, querelles, enquêtes, procès, témoignages croisés. Mais ce sera mille fois mieux que les omissions, frilosités et propagandes d’antan.

*

On a appris, dans une logique divisive, à prendre parti plus vite que son ombre, à tenir d’avance pour faux ou trompeur tout ce que dit « l’ennemi », à se précipiter sur des conclusions, des atteintes à la réputations, des accusations, des conflits, des coercitions — et sur la guerre, évidemment : où ailleurs pourrait donc mener la notion d’ennemi ?

On devra maintenant, dans une logique inclusive, apprendre à mettre en relation, à argumenter, à débattre, à réfléchir le complexe et laisser émerger le sens. Il y aura de tout et de son contraire, des critiques et des contre-critiques, mais, bien conçue, cette plateforme communicationnelle réticulaire pourrait nous présenter une réelle image globale détaillée et réellement nous aider à trouver et tracer en ce monde . . . nos multiples chemins.

*

Il est vrai que le combat est aujourd’hui engagé entre le potentiel humain, l’humanité, et la concentration de pouvoirs colossaux en passe de les subsumer à quelque totalitarisme, technocratique ou autre.

L’enjeu de ce combat est une technique qui ne doit en aucun cas nous échapper, que ce soit de façon autonome (intelligence artificielle) ou en tombant dans les mains d’une élite totalitaire ; j’ai nommé : la technique langagière, la technique inhérente au fait de communiquer. On peut bien refuser la technocratie, tout plaquer et aller rejoindre des écovillages rustiques, mais le problème restera entier si on ne trouve pas moyen de communiquer intelligemment entre nous.

Les technologies communicationnelles informatiques ont leurs défauts, mais sont là pour rester. Nous devons nous assurer qu’elles restent entre nos mains pour nous servir — et non l’inverse. Elles doivent être nos outils, nos recettes, nos pratiques, etc. Et côté client, autant que possible. Des consoles personnelles qui nous assistent et qui parcourent le réseau qu’elles forment entre elles afin de nous présenter l’état des lieux et ce qui répond au mieux à nos besoins, demandes, souhaits et questions.

Bon, elles sont en passe de nous échapper, les belles technologies, et cette ère technocratique nous échappe déjà de maintes façons, mais tous les ingrédients sont également disponibles pour que nous puissions encore établir une fondation réellement humaine à notre monde — et ne pas œuvrer en vain !

Nous avons besoin d’infrastructures communicationnelles dignes de ce nom.

Et des écovillages, bien sûr. Tout cela en même temps !

*

Cette plateforme inclusive, réticulaire et impartiale devra être plus que citoyenne — adjectif qui, avouons-le, perd fort de son lustre en régime totalitaire —, elle devra être cosmopolite. C’est-à-dire que chaque être communicant, ultimement, devra pouvoir y avoir chapitre.

C’est un grand chantier à lancer. Moi je m’y suis essayé et cassé la figure. C’est trop d’administration, trop de gestion pour ma constitution de poète.

Ce chantier, il faudra trouver ou fonder une organisation pour le mener à bien. Il est probablement déjà lancé en de multiples entreprises à travers le monde, tellement le besoin en est criant. Je vais pour ma part écrire quelques lettres à cet effet, placer quelques commentaires, écrire un roman, histoire de porter le message, à défaut d’avoir su accomplir son contenu.

Puisse La Tramice, vaillant vaisseau, mener à bon port ce message !

Mais qui donc saura financer, concevoir, implémenter, établir la légitimité d’un tel outil ?  Qui saura fédérer les multiples incarnations d’une telle idée ?  Quelle(s) équipe(s) ?

Pas moi, j’en ai peur, mais je veux bien jouer le rôle d’antenne-relais pour mettre en connexion les gens qui veulent s’y mettre, jeter un œil à leurs travaux, et éventuellement faire en ces pages un suivi de mes observations.

Communicationnellement vôtre,

Fred Lemire
alias Frédo
Fred.Lemire@LaTramice.net
Tramarade éditeur pour La Tramice

Si tu veux construire un bateau,
ne rassemble pas tes hommes et femmes
pour leur donner des ordres,
pour expliquer chaque détail,
pour leur dire où trouver chaque chose.

Si tu veux construire un bateau, fais naître
dans le cœur de tes hommes et femmes
le désir de la mer.

Antoine de Saint-Exupéry