L’ère communicationnelle, ou quand la chenille devient papillon

Dessin de Narjess Abbas

On est beaucoup, de petites chenilles
Petites chenilles rampant sur cette Terre
Petits cœurs de papillons pas encore éclos
Petites chenilles recroquevillées
Qui n’attendent que de s’ouvrir pour respirer
Inspirer, expirer enfin l’océan de lumière
Celui qu’on cache à l’intérieur
Celui qu’on découvre avec la clé du cœur  

On est beaucoup
On se sent petits
On est timides
Alors on file notre cocon
Parce que c’est facile, la sécurité
On coconne et on s’y plaît
Dans notre petit duvet de plumes
On coconne tant et tellement
Qu’on y reste
Qu’on en devient prisonniers
On en oublie même, souvent, de muer
Pour dévoiler notre papillon caché  

Mais assez déconné, assez coconné
Ouvrons l’antenne
Écoutons l’Univers qui nous parle
Cocons, Muons
Communions..  

Commu-nions ?
Nions ?
Non non non
Nier c’est avoir peur, peur d’être vrai
Ne nions pas..
Niquons plutôt, c’est bien plus fun
Ça reproduit, ça crée
Entre milliards de chenilles, tant qu’à s’occuper
Tant qu’à coconner, tant qu’à muer  

En papillons
Achevons l’évolution !
Laissons-la exploser, notre lumière
Muons, niquons, procréons
Com-Mu-Niquons !
Laissons se déverser notre lumière intérieure
Communiquons, échangeons, partageons
Procréons
Laissons-nous fondre les uns dans les autres
Pour briller plusieurs, pour briller plus fort
Et créer plus fou
Sur cette Toile vide tendue dans l’Univers
Laissons onduler les lumières
Laissons-nous nous rencontrer, petites chenilles en fleurs
Nous pénétrer, nous transformer
Grandes vagues de couleurs
Laissons l’Univers nous élever
En formes et en cœurs, ensemble créer
L’Aurore Boréale de l’Humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × deux =