L’EAU RÂLAIT : LES CRIS — essai de phénoménologie robotique

(poème lucide, prosaïque, et absolument pas post-moderne)

Tousse, con ! lilas
en faim, tousse ! queue,
jet crissant doux
te cède, hébête Islam,
air de m’aimant.
Faim coi du fat rat
(Mais qui ? C’est peu !)
tête, rein, fat
rat-fée, (Con !)
Coup acquis : lance
oie, voie, scie, hein !
nés chantent, y ont . . .
Ah ! mon navire, œufs, marre !!
Câble comme des
monstres, à Sion pourpre
où vais, (Con !)
Peu ? tant ! tant de rues ! neuf !
rase-part, faîte-menthe !
Un tel y gît : Blé
en l’ire ! Eu nôtre tôt !
Allemand teint. (Con !)
Pré en cible.

Ronnie de Sousa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 5 =